3. oct., 2015

Environnement

02 octobre 2015

Carlo Di Antonio va inspecter le parc automobile wallon

Une centaine de véhicules pris au hasard et représentatifs du parc automobile wallon vont être contrôlés dès la semaine prochaine.

Après le scandale lié aux tricheries aux normes antipollution sur les véhicules diesel du constructeur allemand Volkswagen, le ministre wallon de l’Environnement Carolo Di Antonio (cdH) entend vérifier si les autres constructeurs respectent les normes environnementales en vigueur. "Nous ne pouvons pas rester inactifs. Je veux une photographie du parc automobile diesel qui circule en Wallonie. Si un constructeur comme Volkswagen triche, il est possible que d’autres marques le fassent aussi. Je m’inquiète… Comment font les autres constructeurs pour respecter leurs émissions en oxyde d’azote? Mon objectif derrière cette inspection est de connaître l’impact réel du secteur du transport sur l’environnement en Wallonie", explique le ministre Carlo Di Antonio.

Chasse aux sorcières

Concrètement, une centaine de véhicules pris au hasard et représentatifs du parc automobile wallon vont être contrôlés dès la semaine prochaine. "Ces contrôles vont être menés par le Centre de Technologies Avancées (Le CTA, situé sur le site de l’école Saint-Luc de Mons, NDLR). J’attends l’accord de la ministre de l’Enseignement Joëlle Milquet. Les tests auront comme objectif de comparer la fiche technique reçue au moment de l’homologation européenne du véhicule et l’état réel de la pollution."

En cas de manquement, Carlo Di Antonio promet des sanctions. "J’espère qu’on n’en arrivera pas là, mais si des manquements sont constatés chez certains constructeurs après ces tests, cela pourrait se traduire par des demandes en dommages et intérêts comme dans le dossier VW".

En Wallonie, 140.000 véhicules  seraient concernés par les trucages de moteurs au diesel du groupe Volkswagen, ont expliqué au ministre les responsables de l’importateur D’Ieteren. "Nous analysons le préjudice et espérons une transaction financière avec le groupe allemand Volkswagen. Une action en Justice n’est donc pas  forcément nécessaire si le constructeur nous propose un dédommagement financier", estime le ministre de l’Environnement.

Source : l'Echo

 

Plus d’informations et de photos sur la page facebook du CTA de Mons :

https://www.facebook.com/CTA.Mons

 

Coordonnateur CTA Mons